EPIDEMIOLOGIE DE LA VACCINATION MASSIVE

> Les campagnes de vaccination massive ont TOUTES été suivies de l’augmentation des cas positifs et de la mortalité : hausse considérable des contaminations et de la mortalité durant 6 à 8 semaines après le début de la vaccination.

Dans tous les pays très vaccinés, la mortalité comptabilisée durant les 2 mois post vaccinaux égale ou dépasse celle de toute l’année 2020. Données OMS.

1-BRESIL


217 millions d’habitants.
La vaccination a débuté le 18 janvier alors que la mortalité hebdomadaire se stabilisait autour de 7000

2-CAMBODGE


27 millions d’habitants

3-CHILI


18 millions d’habitants
La vaccination a commencé le 24 décembre 2020 et un total de près 17,1 millions de doses de vaccin a été administré à moins de 20 millions d’habitants. Mais malgré un taux de couverture vaccinal le plus élevé d’Amérique du Sud et des confinements durs, le nombre de contaminations quotidiennes et le nombre de décès restent près du triple de ce qu’ils étaient avant le démarrage de la campagne vaccinale.

4-COLOMBIE


50 millions d’habitants
Pays fortement éprouvé par la maladie ; l’épidémie amorçait une franche décrue jusqu’au début de la campagne de vaccination le 18 février 2021. Depuis, le nombre de contaminations quotidiennes a quadruplé et la mortalité journalière multiplié par 3.

5-EMIRATS ARABES UNIS


Pays de 10,5 millions d’habitants

6-GIBRALTAR


4,2 millions d’habitants

7-HONGRIE


9,8 millions d’habitants
La campagne de vaccination débutée fin février 2021 a été suivie d’une forte hausse des contaminations hebdomadaires passées de 25576 le 25/2 à 62265 un mois plus tard, avant de redescendre progressivement au niveau pré vaccinal. En deux mois et demi la Hongrie a ainsi doublé ses chiffres de contaminés (400000 à 800000) et de morts (de 14000 à 29000) atteints après 11 mois d’épidémie.

8-ISRAEL


Les victoires à la Pyrrhus[4] israélienne et britannique : les avocats de la vaccination prétendent que les vaccinations en Israël et en Grande-Bretagne auraient été des succès, car les contaminations et la mortalité quotidienne actuelles sont faibles. Cependant ces succès apparents correspondent en fait à la disparition d’une grande partie des personnes à risque (le « moissonnage ») réalisée par la vaccination et à la régression spontanée de la maladie observée aussi dans les pays peu vaccinés.

Le « moissonnage » vaccinal : dans ces deux pays, la mortalité attribuée au Covid a fortement augmenté durant 4 à 6 semaines, venant égaliser la totalité des morts de l’année 2020. La courbe de mortalité covid péri-vaccination en Israël est démonstrative :

Le « moissonnage » de 1404 personnes en janvier et de 949 autres en février, soit l’équivalent d’une année complète de mortalité Covid sans vaccin (l’année 2020) a fortement réduit le nombre d’Israéliens à risque, entraînant de facto probablement une diminution du risque apparent de mortalité dans l’année à venir, dans cette tranche d’âge. Mais parallèlement à cette diminution de sa cible initiale, le virus s’est transformé par mutation pour s’attaquer à d’autres segments de la société et en particulier aux groupes d’âge plus jeunes.

En novembre 2020, les données du ministère israélien de la Santé ont révélé qu’Israël avait détecté 400 cas de coronavirus chez des enfants de moins de deux ans. En février 2021, ce nombre est passé à 5 800. Le même « moissonnage » a été observé en Grande-Bretagne. Le Covid19 ne menaçant qu’une petite partie de la population (les personnes âgées et les personnes avec comorbidité), la disparition péri-vaccinale d’une grande partie de cette population (autant que les morts de l’année 2020) à risque, diminue mathématiquement la mortalité observée, au moins transitoirement.

9-KOWEIT


4,2 millions d’habitants

10-MONACO


9,8 millions d’habitants
Monaco comptait seulement 3 décès avant la vaccination et 32 depuis la vaccination

11-MONGOLIE


3, 3 millions d’ habitants

12-NEPAL


28 millions d’habitants
La campagne de vaccination, utilisant le vaccin chinois et l’Astra Zeneca indien, a commencé fin janvier 2021. Jusque là, après dix mois d’épidémie, le pays comptait 270 092 cas confirmés et 2017 morts et la moyenne journalière de nouveaux cas s’élevait à 350. Quatre mois après le début de la vaccination, l’épidémie a explosé avec une moyenne actuelle de 8000 nouveaux cas quotidiens. Au 22 mai, le Népal comptait 497052 (+90%) cas confirmés et 6024 morts (+200%).

13-ROUMANIE


Pays de 20 millions d’habitants
La campagne de vaccination a débuté fin décembre à une période où l’épidémie décroissait, et d’après les données officielles du 4 mai 21, Bucarest a le taux de vaccination le plus élevé du pays avec 31,2% de sa population éligible vaccinée. Mais peu après le début de la vaccination, le nombre des contaminations quotidiennes et la mortalité ont augmenté. Avant la vaccination après dix mois d’épidémie, la Roumanie recensait 618000 infectés et 15000 morts. Après cinq mois de vaccination, elle en compte le double.

14-ROYAUME UNI


Depuis la campagne de vaccination britannique, la mortalité moyenne par million d’habitants en Grande-Bretagne (934/M) dépasse le double de celle des Pays-Bas (411/M).

La régression naturelle de l’épidémie explique aussi la chute de mortalité ainsi que le montre la comparaison entre la Grande-Bretagne très vaccinée et les Pays-Bas très peu vaccinés :

15-THAILANDE


70 millions d’habitants
La campagne de vaccination utilisant le vaccin SINOVAC/CORONAVAC/SINOPHARM a commencé dans la première semaine de mars. Jusque là, depuis le début de l’épidémie, le pays ne recensait que 25000 contaminés et 83 morts attribuées au Covid19.
Depuis le début de la vaccination, en 2 mois, le nombre des contaminés a été multiplié par 5 (123 066 au 22/5) et celui des morts par 9 (735 au 22/5).

16-La situation aux Seychelles :

Article The Washington Post / May 2020 : Why the world’s most vaccinated country is seeing an unprecedented spike in coronavirus cases

« The effort initially seemed to be a success. The Seychelles stands as the most vaccinated nation on Earth, with more than 60 percent of its population fully vaccinated, more than other vaccine giants such as Israel and Britain, and almost twice the United States’ rate of vaccination. But that success has been undermined this week as the Seychelles has found itself with its largest number of new coronavirus cases per capita, and has been forced to reinstate a number of restrictions.
Though the number of new cases is relatively low — peaking at an average of just over 100 new cases a day — they are a big deal in a country with a population of less than 100,000. On a per capita basis, the Seychelles outbreak is worse than India’s raging surge.
In a small country, even a small number of cases can be overwhelming.
“A spike in cases places an enormous burden on an already strained public health system,” said Malshini Senaratne, director of Eco-Sol, an environmental consultancy firm in the Seychelles.

“These are an upward trend,” said Public Health Commissioner Jude Gedeon at a media briefing Tuesday. “We do not know how long it will last, but this will depend on what measures are taken and how the new measures are respected.”
The Seychelles situation is being watched all over the world for what it says about the effectiveness of vaccines. “It is providing a critical case to consider the effectiveness of some vaccines and what range we have to reach to meet herd immunity,” said Yanzhong Huang, a senior fellow for global health at the Council on Foreign Relations.

Huang noted that other nations that had vaccinated large proportions of their populations, including Israel and Britain, had seen significant drops in new daily cases.
Sherin Francis, chief executive of the Seychelles tourism board, said that while much of the population was vaccinated, there were pockets that were not.
Government data released this week found that of 1,068 active cases, around 65 percent involved residents who were either completely unvaccinated or had received only one dose.
Francis emphasized that even people who have been vaccinated can get infected. “Vaccines are very effective at preventing serious illness and death; they are less good at preventing infection,” Francis said.

%d blogueurs aiment cette page :